Croix en Creuse
Les témoins de notre histoire

frnlendeitptes

 saint oradoux de chirouze 7

Dans les anciens documents ce lieu est toujours nommé Saint Oradour : Prior et capellanus sancti Adoratoris, aujourd’hui au lieu d’Oradour on écrit Oradoux.
Saint Oradoux de Chirouze, dans l’ancien archiprêtré de Chirouze, avait un prieuré sous le patronage de Saint Adorateur, martyr, fêté le 14 novembre, et de Saint Barthélémy. Il fut uni en 1312 à la prévôté de Meymac.
Le village de chirouze, Echiroza, qui a donné son nom à l’archiprêtré est totalement en ruine. On en voit quelques masures dans la forêt de Chateauvert. Une tradition dit que l’ancienne ville de Chirouze fut détruite par les Vandales, les Sarrazins, ou les Normands, probablement par ces derniers au IVe siècle.
Il y avait un bénéfice portant ce nom, auquel nommait le prieur de Sainte Valérie en 1377. L’archiprêtré de Chirouze était à la collation de l’évêque de Limoges et dès 1312 il s’étendait sur trente neuf cures, six prieurés et une commanderie de Templiers, dont le siège était Peyrelevade dès 1502. On connaît deux archiprêtres de Chirouze antérieurs à l’annexion de leur titre à la cure de Peyrelevade. Ce sont en 1237 Pierre Guy, ou wido, et en 1328 Raoul Lagrouh. Puis en 1502 Pierre Chalus.
Les Chirouzes était un fief important, et dans le courant de six siècles il n’a appartenu qu’aux de Rochefort et aux d’Ussel.

 

Source : Claude Royère

Remerciements :
Henri Granet maire de Saint Oradoux de Chirouze
Philippe Soulat
Paulette Pabiot
Aline et Philippe Legras
Anne Grenier
Bernadette Masginier
Michèle Delhom